LGV Poitiers-Limoges : pas une priorité pour l'Europe

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
LGV Poitiers-Limoges : pas une priorité pour l'Europe

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

LGV Poitiers-Limoges,

l’Europe dit non

Dans un courrier daté du 8 décembre 2014, Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de la Communauté d’agglomération castelroussine attirait l’attention de la commission européenne sur leur possible financement de la ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges. La réponse de l’Europe est très claire : pas de financement !

Un projet non prioritaire pour l’Europe.

Dans une lettre de réponse adressée à Gil Avérous, Désirée Oen, chef de cabinet de Violeta Bulc, commissaire européenne aux Transports, assure que la Commission européenne « n’a reçu aucune proposition pour le soutien dudit projet ». Elle précise également que le projet « n’a pas été retenu dans le réseau principal, ni dans les Corridors RTE-T » et qu’ « il ne s’agit donc pas d’une priorité au niveau européen ». Cette réponse est en totale contradiction avec l’annonce faite en fin d’année 2014 sur un soutien de l’Europe à hauteur de 200 millions d’euros, sur un coût total estimé à 1,8 milliards d’euros.

Une rentabilité remise en question

Désirée Oen précise « qu’en général, les demandes de soutien financier doivent inclure une analyse coûts-bénéfices afin de montrer l’utilité du projet... », analyse loin d’être probante pour le barreau Poitiers-Limoges. Pour rappel, l’Autorité environnementale, dans un avis de mars 2013 avait déclaré que « la rentabilité du projet n’était pas atteinte avant 50 ans ».

Un projet envers et contre tous

Officialisée par un décret paru le 10 janvier 2015 au Journal officiel, signé du Premier ministre Manuel Valls et de Ségolène Royal, la déclaration « d'utilité publique et urgents » va à l’encontre de toutes les recommandations : celle de la Cour des Comptes qui dénonce un projet irrationnel, et celle de la commission Mobilité 21, pour qui la modernisation de l’axe POLT était plus justifiée. Quelques jours plus tard, la ministre de l’Écologie a dit avoir agi par « solidarité gouvernementale » et déclarait à l’AFP : « je n'étais pas du tout favorable à cette LGV. Tout le monde sait mon opinion sur le sujet. J'étais pour l'amélioration de la ligne existante, plus efficace ».

CONTACT PRESSE

Alexis Rousseau-Jouhennet alexis.rousseau-jouhennet@ville-chateauroux.fr 02 54 08 35 40 / 06 37 84 04 54 www.ville-chateauroux.fr

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog