Les dessertes : c'est la SNCF qui décide.....

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
Les dessertes : c'est la SNCF qui décide.....

Une réponse d’Alain VIDALIES sur la desserte de la gare d’Angoulême par les TGV à partir de 2017, en dit long sur la position et l’ambiguïté du Gouvernement en matière de Transport et sur l’orientation de ses décisions futures.

Dans ces conditions quel avenir peut être réservé à la ligne paris-Orléans-Limoges-Toulouse ? 

 

La député Marie Line Reynaud a demandé au Secrétaire d'État aux Transports de lui confirmer dès maintenant son engagement pour que la SNCF respecte ses promesses, et pour que la fréquence des dessertes des TGV en gare d’Angoulême soit bien égale à vingt-deux arrêts par jour à compter de 2017.

 

Ce dernier lui a répondu :

 

« Madame la députée, l’année 2017 verra la mise en service des lignes à grande vitesse Bretagne Pays de la Loire et Sud Europe Atlantique, qui permettront d’améliorer de manière exceptionnelle la desserte de l’ouest et du sud-ouest de la France. Les circulations devront alors être modifiées à la fois sur les axes à vocation nationale, les lignes régionales et les nœuds du réseau, afin de tenir compte des nouvelles possibilités de déplacement offertes par la réalisation de ces projets. C’est ainsi que l’on tirera le meilleur parti de la diffusion de la grande vitesse.

 

Dans ce contexte, le schéma de desserte en cours d’élaboration devra tenir compte de plusieurs aspects. En premier lieu, il s’agit – bien entendu – de tenir compte des attentes des collectivités territoriales concernées, dont certaines ont participé au financement de ces grands projets. Je profite de l’occasion pour saluer leur engagement, aux côtés de l’État et de SNCF Réseau, en faveur de ces opérations qui stimulent directement le dynamisme de notre économie et de nos territoires.

 

En second lieu, il appartient à SNCF Mobilités, dans le cadre de son autonomie de gestion, de décider des dessertes TGV qu’elle souhaite mettre en place, eu égard aux contraintes techniques, économiques et commerciales auxquelles cet établissement – et, au-delà, le groupe public ferroviaire SNCF tout entier – est confronté. Dans ce contexte, j’ai demandé qu’un important travail de concertation soit engagé, pour que toutes les préoccupations soient exprimées, et pour que des réponses concrètes soient apportées. J’ai ainsi chargé le groupe public ferroviaire SNCF de missionner Jean Auroux pour faciliter et organiser cette concertation ; je suis particulièrement attentif à son déroulement.

 

Vous avez évoqué, plus particulièrement, la convention de desserte signée en 2011, qui prévoit le maintien d’un haut niveau de qualité pour la desserte ferroviaire des principales gares situées entre Tours et Bordeaux, notamment celle d’Angoulême. Bien entendu, je souhaite qu’Angoulême, comme toutes les gares du parcours, bénéficie d’un haut niveau de desserte, mais la qualité d’une desserte ne se résume pas uniquement aux nombres d’arrêts : l’amélioration substantielle des temps de parcours, les nouvelles destinations desservies par les TGV, et la diminution – autant que possible – des creux de desserte tout au long de la journée doivent également être pris en considération.

 

Vous voyez qu’il s’agit d’un problème complexe. La concertation doit donc se poursuivre afin de trouver des solutions pour chaque situation particulière. J’ai bon espoir que les participants à cette démarche collaborative s’accorderont d’ici la fin du mois de juin sur un schéma de desserte. Celui-ci devra associer harmonieusement les services de TGV, librement organisés par SNCF Mobilités, et les services TER organisés par les régions concernées. Il permettra ainsi aux usagers de tirer pleinement profit, dès 2017. »

 

 


 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog