Polt : un Comité de Concertation à la Pyrrhus

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
Polt : un Comité de Concertation à  la Pyrrhus

Il y a ceux qui ont toujours défendu la ligne historique et ce, depuis le débat public de 2006.

Il y a ceux qui ont pris sa défense parce qu’ils ont vu que la LGV Poitiers-Limoges passerait chez eux mais qui ne prennent jamais le train....

IL y a ceux qui sont contre les LGV.

Il y a ceux qui par opportunisme politique sont devenus les défenseurs du POLT après avoir plus ou moins approuvé la LGV.

Il y a ceux qui se moquaient parfaitement du train et qui soudainement, pour ne pas avoir de LGV…..ont découvert les vertus du POLT.

Il y a ceux......

Aussi, depuis le 18 décembre qu’a eu lieu le Comité de Concertation de la ligne POLT, les compte- rendus divergent sur les résultats de la réunion.

Laurent Cayrel, Préfet du Limousin récapitule dans un document, en conférence de presse, les financements accordés à la ligne et les éléments essentiels évoqués lors de ce Comité et qui s’inscrivent dans la continuité des annonces et des actions de l’État :

  • de 461 millions d’euros de travaux ont été réalisés entre 2004 et 201
  • de 500 millions prévus par la SNCF
  • des montants inscrits dans les contrats de Plan 2015-2020 :
    • 50 millions pour le LIMOUSIN dont 23 millions pour l’État, 2 millions pour la Région le reste à la charge de la SNCF
    • 40,2 millions pour la Région CENTRE- Val de Loire (13,65 État, 4,8 région, 7 Europe, 7 SNCF)
    • 0 pour la Région Midi Pyrénées
    • 0 pour la Région Ile de France

http://www.haute-vienne.gouv.fr/content/download/12350/108835/file/DP_POLT_18-12-15.pdf

La presse elle, rend compte en fonction de la façon dont elle appréhende le sujet.

Le Populaire du Centre reste assez critique et réaliste en rapportant les propos du Préfet Cayrel " Les dessertes et la fréquence des trains dépendront du rendu de la mission Philizot, prévue pour mi-2016. En l’état, le rapport Duron n’est « pas directement transposable », précise le préfet. Mais l’épée de Damoclès du morcellement pèse toujours sur le POLT .Expliquant également que l’intégrité de la POLT « dépendra du statut de ligne, qui sur sa continuité connaît des variations d’exploitation » « On est avec des hypothèses de classement partiel en TET. En outre l’article pose un problème non négligeable : départ du Préfet Cayrel et par voie de conséquence le devenir du comité et de la ligne.

La nouvelle République, édition de l’Indre, a un autre regard en déclarant "En affichant ainsi leur priorité à la rénovation de la ligne existante, notamment aux dépens des projets de ligne à grande vitesse comme le projet de barreau Poitiers-Limoges, SNCF Réseau et l'État poursuivent un programme débuté en 2003 ». Cette analyse est à l'opposé des déclarations du Préfet Cayrel qui a bien spécifié que les deux infrastructures étaient complémentaires et que la LGV Poitiers-limoges poursuivait son chemin avec les études signées dans le CPER ».

La Député du LOT Dominique Orliac, quant à elle, dans un communiqué de presse sous le timbre de l’Assemblée Nationale se déclare enchantée "Ainsi s’ouvre une nouvelle page pour la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, celle de la reconnaissance officielle par l’État de l’importance de cet axe d’intérêt national tant en acheminement de voyageurs que transport de fret.

Elle y ajoute que le plan prévoyant l’engagement d’une somme de 1,5 milliard d’euros se déroulera en trois tranches de 500 millions d'euros, selon des chiffres fournis par la SNCF vendredi à l'occasion de l'installation à Limoges d'un « comité de concertation » sur le sujet par le Préfet de la région Limousin, Laurent CAYREL. Deux tiers seront financés par la SNCF d'ici 2025 et le dernier, prévu par le «Contrat Plan Etat-Région », sera supporté par les régions traversées (hors Ile-de-France). Députée du Lot et vice-présidente de l’association «Urgence Ligne POLT », qui s’est dès le début engagée pour le maintien de la Ligne POLT, elle se félicite de ce plan de financement et restera attentive à la mise en œuvre effective de ces engagements.

C’est avoir un raccourci qui gomme sa participation à la Commission Duron « Avenir des trains du Territoire », au rapport qu'elle a signé et qui proposait bien de diminuer les dessertes et les arrêts au Sud de Brive.

Il est aussi révélateur d’un manque d’analyse du dossier, puisque pour l’instant, on arrive à peine au milliard prévu d’ici 2020 et que, rien, ne permet d’anticiper sur les engagements au-delà de cette date, notamment sur les Contrats de Plan qui font l’objet d’instructions précises. Les priorités restant aléatoires en fonction des orientations gouvernementales et des discussions avec les Régions.

Le Président d’Urgence POLT quant à lui, essaie de tirer à lui les lauriers.

Oubliant que depuis 5 ans, les demandes de l’Association qu’il préside sont restées lettre morte et que si la ligne bénéficie de travaux depuis 2003, c'est parce que la SNCF n’envisage pas de la supprimer dans la mesure où elle sert d’itinéraire de délestage en cas de difficultés sur le Réseau y compris pour la future LGV Poitiers-Limoges (chapitre de cohérence intermodale de l’enquête publique) et qu'elle la considère comme vivier pour les 3 LGV en projet.

Qu’il a fallu l’accident de Brétigny et le rapport sur l'Avenir des Trains d’Equilibre du Territoire pour que les choses avancent .

Il se dit satisfait pour l’attribution d’un nouveau matériel à l’horizon 2021… Il ne semble pas avoir bien saisi le sens des affirmations du Préfet, lors du Comité : "En matière de services, le matériel roulant des TET a fait l’objet d’importantes opérations de modernisation depuis 2012 qui permettent d’améliorer le confort offert aux voyageurs. Le secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche, a annoncé que le matériel roulant des TET doit être renouvelé d’ici 2025 dans le cadre de la feuille de route pour l’avenir des TET. Les modalités de ce renouvellement arrêtées par le gouvernement seront présentées dans les semaines prochaines. » Ce qui est clair, c’est que le POLT ne bénéficiera pas d’un achat de matériel anticipé mais sera traité dans le cadre de la commande globale passée par l’Etat.

Le tant cité rapport Duron spécifiait d’ailleurs lui aussi "La commission tient enfin à attirer l’attention des décideurs politiques sur la nécessité qu’il y a d’assurer une cohérence des choix publics en matière d’investissements d’infrastructure et de services ferroviaires. Ceux-ci devraient être décidés pour répondre aux besoins de mobilité des populations, et leur être adaptés. Dans le cas où des projets de lignes à grande vitesse seraient poursuivis dans les délais prévus, les conséquences qu’ils auraient sur le schéma de desserte, l’offre et les caractéristiques du matériel roulant TET à acquérir devront être prises en compte.

Par voie de conséquence, le gouvernement ne prendra aucun engagement de renouvellement sur la ligne tant que le sort juridique de la LGV ne sera pas confirmé.

Si sa demande de maintenir à l’identique les arrêts sur la ligne est louable, c’est cependant oublier qu’ils sont conditionnés par la réalisation ou non de la LGV Poitiers-Limoges qu’il se refuse à condamner ouvertement .Pourtant, RFF a clairement déclaré dans la réponse aux commissaires enquêteurs "La suppression de toute offre grande ligne sur l’axe POLT n’est donc pas un scénario envisageable. A l’inverse maintenir un niveau d’offre équivalent sur l’axe historique impliquerait de faire circuler des trains très faiblement remplis et donc de dégrader considérablement la marge du transporteur."

D'ailleurs, la prochaine réunion du Comité, s’il y a, sous la Présidence du préfet d’Aquitaine…. est prévue après la remise du rapport Philizot et s’inscrira donc dans les préconisations de celui-ci

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog