Quand l'opposition grondait pour la construction de la gare de Limoges !

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
Quand  l'opposition grondait pour la construction de la gare de Limoges !

Aujourd'hui il y les inconditionnels de la LGV Poitiers-Limoges et il y a ceux qui la rejettent avec hargne et fracas...Ces antagonismes ne sont pas nouveaux en Limousin puisque les mêmes affrontements avaient déjà lieu au début du 20ème siècle pour la reconstruction de la Gare des Bénédictins régulièrement citée, maintenant, par la presse comme étant l'une des plus belles gares de France et qui est devenue l'emblème de la ville.

-

Dans les années 1850, le Second Empire souhaite moderniser l'organisation du système postal. L'idée d'une ligne de chemin de fer qui desservirait Limoges prend vie. 79 ans plus tard, le premier voyageur prend son billet, à six heures du matin le 18 mai 1929, dans cette gare imaginée par l'architecte Roger Gonthier (également à l'origine de la Cité des Coutures et du pavillon du Verdurier).

-

Le projet, entré dans sa phase active en 1908, doit faire face à la lenteur administrative et au charivari des opposants. Les études déclenchent le bruit et la fureur tant à Limoges qu'à l'Assemblée Nationale. Les maquettes, les projets sont tour à tour rejetés par tous les protagonistes. "On sème des idées, on récolte la tempête".

-

En 1912, un conseiller municipal craint à "un danger national", avec la mise en service de la gare, en cas de guerre, ajoutant "qu' il serait facile de faire sauter cette gare souterraine et d’interrompre ainsi, à l’heure de la mobilisation, la circulation des trains sur l’une de nos lignes stratégiques les plus importantes." ​

Durant sa construction, l'écrivain et journaliste limougeaud André THERIVE, un fervent opposant à la gare, écrit en 1926 :

« Gare cyclopéenne, à la mode de 1910 et bâtie vingt ans trop tard, avec beffrois et nefs pachydermiques, rampes praticables, escaliers, passages souterrains, à l'instar de ce qui est le plus laid en France. "

La mise en service de la gare passe pratiquement inaperçue dans la presse qui signale cependant l'ouverture du "mastodonte" et du "pachyderme" et l'on pleure les platanes et les bancs....

-

Classée à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 15 janvier 1975, elle détient le label "Patrimoine du 20 ème siècle" Ce projet qui a coûté cher a été financé par des emprunts. Les voyageurs pendant 30 ans ont payé un supplément sur leur billet. La ville a participé à hauteur de 523 000 fr de l'époque et le mur de soutènement du Champ de Juillet a coûté 6 000 000 de francs, mais personne ne le regrette plus et la gare a incontestablement contribué à l'essor de la ville.

-

Nul n'est donc prophète en son pays mais l'histoire se répète, pour tous les projets ...

http://www.ina.fr/video/RXC05070454

»

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog