LGV POCL : la concertation relancée

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
LGV POCL : la concertation relancée

Le préfet de Région Michel Delpuech reprend la concertation sur les deux scénarios de la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon. Il espère aboutir à la fin de l’année.

Préfet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, il a été nommé préfet coordinateur le 28 avril dernier par le secrétaire d’État aux Transports.

-

Sa lettre de mission lui donne deux axes de travail assez simples.

D’une part, engager les études préalables à l’enquête publique sur les sections communes aux deux scénarios : le nord, entre Paris et Étampes, et la partie sud de Nevers à Lyon.

D'autre part dans le secteur central du projet, le ministre lui demande clairement de conduire une dernière étape de concertation entre les deux scénarios, médian et ouest.

-

En effet, la situation n'est pas tranchée sur le scénario définitif.

Le scénario médian est celui qui a la préférence du maître d’ouvrage, SNCF réseau. Il fait valoir un certain nombre d’arguments. Le tronçon est plus rapide, plus court, le modèle économique est meilleur, ce qui veut dire qu’il y aura plus de passagers et que cela mobilisera moins de fonds des collectivités. Il fait valoir que la desserte des grandes villes du Grand Centre est équivalente à celle du scénario ouest. Ce scénario médian a les faveurs d’une grande majorité des acteurs auvergnats, mais il n’a pas fait consensus lors du comité de pilotage que Michel Fuzeau (ancien préfet du Puy-de-Dôme, NDLR) avait dû tenir début février 2015. Les élus du Centre-Val de Loire restent très attachés au scénario ouest.

-

Cependant la position du nouveau préfet coordonnateur n'est pas tranchée.

L’association TGV Grand Centre a produit des travaux prenant le contre-pied de SNCF réseau, il a donc demandé à ses services de contre-expertiser cette expertise pour avoir le maximum d’éléments objectifs sur lesquels on échangera lors d’une réunion de concertation qui se tiendra en septembre.

Plusieurs études contradictoires portent sur la saturation de la ligne actuelle Lyon-Paris pour laquelle il y a un autre paramètre à prendre en compte, le système de signalisation qui va être mis en place dans les prochaines années et qui permettra d’améliorer la cadence jusqu’à un train toutes les trois minutes. Aujourd’hui, on peut penser qu’à dix, quinze ans, la ligne va être saturée mais, avec l’augmentation de la cadence, cela peut repousser l’échéance. On doit, au bout du bout, arriver sur un calendrier cohérent qui sera après 2030.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog