LGV Poitiers-Limoges : Une nouvelle mission d'étude en passe d'être nommée

  • limousin-en-tgv.over-blog.com
LGV Poitiers-Limoges : Une nouvelle mission d'étude en passe d'être nommée

Quand on veut prendre une décision même difficile on peut...Les derniers mois ont été riches en événements pour le vérifier !

-

Pourtant, Alain Rousset fait sa rentrée en affirmant, au mépris de ses engagements que la Région pourrait financer la LGV Poitiers-Limoges, en plaidant pour le grand emprunt, en rencontrant le Secrétaire d'Etat aux Transports, en soutenant les élus, en déclarant qu'il faut faire une LGV pour que l'entreprise Legrand puisse accéder à l'aéroport Charles de Gaulle...(C'est la faute à pas de chance...il est bien un de ceux, qui ont refusé de financer la liaison Brive Lille )...

-

Et les journalistes locaux, au service du pouvoir, qui remettent sans cesse le couvert, en posant inlassablement aux élus favorables au projet la même question...

-

"Plusieurs fois mis au placard, et plusieurs fois relancé par des élus locaux et des parlementaires, le projet de LGV Poitiers-Limoges est cliniquement mort, mais politiquement toujours vivant. "

Et pour cela Secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, décide donc de ne rien décider, et poursuit la concertation assurant qu'un arbitrage sera rendu à l’issue de celle-ci.

Il a indiqué hier qu'il a donc proposé à François Hollande de nommer une « personnalité nationale » pour « mener le débat » et que « sa lettre de mission est déjà prête ».

Une manière de repousser au-delà de mai 2017 la décision, qui semble inéluctable, de l’abandon de la LGV ?

« Non, cette mission peut être faite en trois mois », rétorque Alain Vidalies.

-

Cependant, depuis la décision du Conseil d'Etat, Alain Vidalies tente de ménager une sortie en douceur.

Pour lui, l’hypothèse d’une relance du projet est aujourd’hui définitivement écartée, comme il l’explique :

« J’ai examiné dans le détail la décision du Conseil d’État, elle ne laisse pas beaucoup d’espace pour une nouvelle DUP ».

Il plaide désormais publiquement pour une « solution alternative » à la LGV, mais il est hors de question de claquer la porte au nez de ses partisans.

-

Pour autant, le mot "FIN de l’HISTOIRE n’a toujours pas été délivré.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog