-

"Nous allons lancer dans quelques temps l’appel d'offres à destination des constructeurs pour la commande de rames TET", confirme en effet le cabinet du secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies. "Mais le périmètre du marché sera restreint à la fourniture de rames pour deux lignes structurantes au lieu des trois prévues à l'origine", ajoute l'entourage d'Alain Vidalies.
Autrement dit, des TGV devant remplacer les Corail sur Bordeaux-Marseille, la commande à venir visera donc à équiper Paris-Clermont-Ferrand et Paris-Orléans-Limoges-Toulouse. Le nombre de rames visées sera de fait réduit.
.
-
Ce positionnement de l'Etat, vient contrecarrer la demande que l'association "Urgence POLT" avait adressé à Alain Vidalies le 5 octobre dernier et qui lui réclamait de mettre prioritairement sur la ligne POLT, les rames TGV commandées  dans le cadre du sauvetage d'Alstom . C'est vrai que l'on est plus à un gâchis près en faisant rouler ce type de train sur des portions ne pouvant excéder 80 km/h.
-



Restera, cependant,  à tenir compte des capacités financières de l'AFITF compte tenu de ses engagements
car l'agence  sera amenée à régler la facture des trains commandés par l'État, autorité organisatrice des TET. Or, les engagements ne cessent de s'accumuler. Lorsque les 30 Régiolis seront commandés, ajoutés aux 15 TGV, l'investissement s'élèvera à près de 1 milliard d'euros.