Commission Mobilité 21 : les jeux sont déjà faits ?

 

4 février 8h - Comme toutes les commissions mises en place par le  Gouvernement ( Jospin, Gallois.....), la Commission Mobilité 21 donnera son avis sur un classement des infrastructures de transport en établissant 3 listes à 10 ans, 20 ans et plus de 20 ans.

Pour autant, le classement  ne sera  qu'une force de proposition et le choix final incombera au Parlement  et au Gouvernement. Pour l'instant, la commission fait face aux interventions de toutes sortes, ceux qui sont contre les projets et ceux qui sont pour.

En attendant, au cours d'un récent débat, le ministre des transports fait des déclarations à l'Assemblée Nationale,  qui montrent bien les faibles marges de manoeuvre de la dite commission :

 

Extraits ....................

 

Le Président de la République plaide, au niveau européen, en faveur des grands projets de transports bénéficiant à la croissance.

Les chantiers actuellement privilégiés – la ligne Lyon-Turin, le canal Seine-Nord Europe, la LGV Bordeaux-Espagne ou Montpellier-Perpignan – dessinent les grandes directions de l’infrastructure européenne.

Ces axes – dont la Commission Mobilité 21 s’est évidemment saisie – méritent une place à part, dans la mesure où leur réalisation exigera du temps. La part des financements européens qui revient à la France est pourtant à peine suffisante pour couvrir les besoins.

............

 La politique d’équilibre territorial – que Cécile Duflot et moi-même portons de concert – mériterait un vrai débat dans l’hémicycle.

Les questions de l’aménagement du territoire et des modes de transport sont liées : le désenclavement ne passe pas forcément par le tout LGV, l’essentiel étant d’offrir à chacun des moyens de mobilité.

Le transport de voyageurs par la route représente ainsi une solution à réexaminer à la lueur des efforts faits par les constructeurs : des bus et des cars parfaitement aménagés permettent aujourd’hui de désenclaver des zones qui ne peuvent être desservies autrement.

Le projet de loi sur la décentralisation répartira les responsabilités, le maillage routier devant compléter de façon cohérente le maillage ferroviaire.

Quant, au Schéma national des infrastructures de transport (SNIT) et à la Commission Mobilité 21, ils s’occupent des grands chantiers qui répondent à des ambitions d’un autre ordre.


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog