L'agglomération de Bayonne suspend sa participation à la LGV Tours-Bordeaux

L'agglomération de Bayonne-Biarritz a suspendu sa participation de 26,1 millions d'euros au financement

du tronçon LGV Tours-Bordeaux dans l'attente de "garanties" sur la liaison vers l'Espagne, a indiqué

jeudi 27 septembre 2012 à l'AFP Michel Veunac, vice-président du conseil d'agglomération.

« Nous confirmons notre soutien au projet LGV Tours-Bordeaux mais nous demandons aux représentants de l’Etat de clarifier le projet, de préciser le calendrier et d’obtenir des garanties sur le projet d’aménagement de la gare de Bayonne », lié au prolongement vers l’Espagne, a-t-il indiqué.
La communauté d’agglomération rappelle le projet de nouvelle gare de Bayonne, où, grâce à la LGV, le trafic passagers devrait passer de 900 000 à 2 millions de passagers par an.

« En attendant ces éclaircissements, nous avons décidé de ne plus payer notre part dans le financement de la LGV jusqu’à Bordeaux », a ajouté M. Veunac. Une délibération en ce sens a été adoptée mercredi soir par le conseil de la communauté d’agglomération Côte Basque-Adour (communes de Bayonne, Anglet, Biarritz, Boucau et Bidart) et présidée par Jean Grenet, maire (UMP-PR) de Bayonne.
La communauté d’agglomération formalise ainsi l’appel de fonds reçu en juillet d’un total de 3,544 millions d’euros « et non honoré à ce jour ».

Deux déclarations successives venues jeter le trouble - Cette décision, justifie la communauté d’agglomération, intervient à la suite de « deux déclarations successives venues jeter le trouble sur la faisabilité du projet ».
Le document fait référence aux propos début juillet du ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, qui annonçait la création d’une commission chargée de « revisiter » les objectifs du Schéma national des infrastructures de transports (Snit) et d’en « hiérarchiser les projets ».

« Dans la foulée », poursuit la délibération, le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, « a prévenu que ‘le gouvernement n’aura pas d’autre choix que d’abandonner certains projets’ ».

D’autres collectivités du Sud-Ouest ont également menacé de suspendre le financement de la LGV Tours-Bordeaux, dont le chantier a commencé en début d’année, faisant état de leurs craintes d’une possible remise en cause par le gouvernement, pour cause de contraintes budgétaires, des prolongations vers Hendaye et Toulouse.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog