L'avenir de RFF : les orientations du futur Président Rapoport pour RFF

Vendredi 14 décembre- 8h- La commission du développement durable a auditionné le futur président de RFF, Monsieur Jacques Rapoport.

Les questions des parlementaires ont été nombreuses, mais ont surtout porté sur les orientations que le futur président entend donner à RFF, notamment sur l'évolution financière de l'entreprise,  le choix des investissements à réaliser, le devenir du cadre social, l'avenir des petites lignes, la maîtrise des coût et les prix des billets dans la mesure où 80% du coût des TER est supporté par l'impôt, les problèmes du GUI dans le cadre au 4ème paquet ferroviaire, la mise en oeuvre de la concurence..... Autant de questions qui doivent trouver une solution pour l'avenir de l'entreprise.

Le réponses ont été claires. Si elles n'ont pas apporté de résultats définitifs, au moins elles ont prouvé, les connaissances incontestables du futur président.

Dans son discours introductif, il a brossé la situation de RFF, de ses besoins et de ses problèmes. En recadrant la question prégnante  de la dette et  en insistant sur le fait que le déficit constaté est lié aux intérêts de cette dernière ,  il assure que l'exploitation trouve une couverture correcte avec les ressources tirées des péages.

Pour lui les défits futurs sont liés

  • à des  besoins d'investissement considérables sur un réseau qui a vieili , qu'ils ne sont pas seulement  lié à la rénovation mais aussi à la modernisation qui permettrait d'intensifier et d'améliorer les circulations. 
  • à l'ouverture à la concurence qui est à préparer dès maintenant.

Il assure que des gisements de productivité existent,  grâce notamment,  à l'évolution technologique et que la concurence est un aiguillon intéressant à condition d'être régulée.

Il indique, en autre, dans ses réponses que le ministre lui a demandé ainsi qu'à Guillaume Pépy de faire des propositions, dès février prochain, pour préfigurer le GUI, notamment en matière de maintenance, mais qu'il est bien évident que des arbitrages sont nécessaires entre travaux et circulation des trains.

Pour lui la priorité reste la conservation du patrimoine dans le choix des investissements à réaliser.

Ce qui amène la conclusion du Président de la commission Jean-Paul  Chanteguet qui rappelle que  "compte-tenu des enjeux, des choix doivent être faits. les élus ont fait rajouter au Grenelle des lignes supplémentaires qui demandent un effort financier insupportable . Le choix doit être , entre une irrigation supplémentaire ou l'amélioration du service rendu aux passagers. Il pense que les orientations nécessaires vont vers l'entretien, la modernisation et la rénovation des matériels."

 


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog