LGV Limoges-Poitiers et POCL : L'Indre au service de la Haute-Vienne, un lobbing utile pour prouver l'inutilité du barreau Poitiers-Limoges

La Nouvelle république fait le point ce matin de la réunion préparatoire au débat public qui s'est tenu à Châteauroux hier soir, en présence de tous les élus de tous bords confondus :  Jean-Claude Sandrier, le député communiste du Cher, Jean-François Mayet, Louis Pinton et Nicolas Forissier, les élus UMP de l'Indre.

Grande vitesse : une campagne qui va bon train

21/10/2011 05:46

 Châteauroux. La réunion préalable au débat sur la future ligne à grande vitesse a réuni cinq cents personnes, hier soir, sur la scène d'Équinoxe.
Campagne d'affichage, dépliants, cartes-pétition : le conseil général, la Cac et les associations impliquées dans le projet veulent peser de tout leur poids. Campagne d'affichage, dépliants, cartes-pétition : le conseil général, la Cac et les associations impliquées dans le projet veulent peser de tout leur poids. - (dr)

Si la grande vitesse n'est pas encore arrivée dans l'Indre, la campagne menée par les collectivités pour promouvoir le projet est, elle, menée à un train d'enfer. Hier, dans le hall d'Équinoxe et dans la salle de spectacle, il était impossible d'échapper aux dépliants, cartes postales-pétition, et dossiers aux bulles multicolores, affichant le slogan : « Je dis oui ! ».

Désenclaver les régions centrales :

 

Les défenseurs du projet n'ont pas peur des mots forts : oui, ils font du lobbying pour que l'Indre ne passe pas à côté de la grande vitesse. Oui, ils le font d'une seule voix, tous bords politiques confondus, et l'ont prouvé en s'affichant côte à côte sur la grande scène : Jean-Claude Sandrier, le député communiste du Cher, Jean-François Mayet, Louis Pinton et Nicolas Forissier, les élus UMP de l'Indre.

 


L'enjeu ? Raccorder la future ligne Pocl (Paris, Orléans, Clermont, Lyon) à la ligne historique Polt (Paris, Orléans, Limoges, Toulouse), ce qui permettrait, dans le meilleur des cas, de mettre Châteauroux à 1 h 5 de Paris.(et Limoges à 2h 05)

 


Le débat public a débuté il y a un mois dans les villes concernées. « Il y a eu cinq cents personnes à Orléans, il faut qu'on soit un millier dans l'Indre le 16 novembre prochain, a clamé Jean-François Mayet. C'est comme cela qu'on impressionnera RFF et la SNCF.

Tous les départements concernés doivent rester groupés ! » Rester groupé, c'est aussi la priorité de Jean-Claude Sandrierdéputé du Cher et  président de l'association "Urgence POLT", qui sait que la partie ne sera pas simple : « Il faut vraiment adopter une démarche commune sur le choix du tracé. Un consensus est indispensable entre tous les élus des régions d'Auvergne, de Bourgogne et du Centre. » Nicolas Forissier, lui, parle d'une « Ardente obligation : il faut que notre dossier soit vendu comme prioritaire. »


Il en faudra, en effet, du lobbying pour prouver à la Haute-Vienne qu'elle n'a pas grand-chose à gagner du barreau Poitiers-Limoges. Pour prouver que le tracé ouest-sud (le meilleur pour l'Indre, mais le plus cher) pourra convenir à tout le monde. Pour prouver que cette nécessité urgente de doubler la ligne Paris-Lyon peut entraîner une opportunité de nature à désenclaver, enfin, les régions centrales de la France.

Albane Ratsivalaka
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog