LGV Limoges-Poitiers : les élus limousins ont-ils raison d'être si confiants après leur rencontre avec François Hollande ?


Photo Presidence de la Republique Laurent Blevennec - Laurent BLEVENNEC

 Le Populaire du Centre consacre aujourd'hui sa UNE à la LGV Poitiers-Limoges. les élus de Limoges ont, en effet souhaité se manifester auprès du chef de l'Etat pour lui rappeler son soutien à la LGV Poitiers-Limoges et l'importance qu'ils attachent à sa réalisation
Si  la  DUP semble probable , les financements restent aléatoires et si l'on se réfère aux déclarations de J.P Denanot, le financement des collectivités à hauteur de 700 000 000 euros nécessiteront encore de trouver 1,3 milliard c'est à dire le double
J.P Denanot croit  également à  la  participation de RFF, c'est sans compter avec la règle d'or voté dans la réforme ferroviaire....
Il compte sur celle de l'Etat, qui devrait pourtant se limiter dans les années à venir au contrat de plan, c'est à dire à une goutte d'eau, utilisable pour des études complémentaires. Le report annoncé par le secrétaire d'Etat aux transports, Alain Vidalies du péage poids lourds de plusieurs mois, ne va pas améliorer les finances de l'AFIFT, aussi bien en ce qui concerne le CPER que le financement des autres infrastructures, notamment la modernisation du réseau existant.
Les financements européens restent eux aussi incertains dans la mesure où les priorités du RTE-T restent centrées sur les 9 corridors définis et les projets transfrontaliers. http://limousin-en-tgv.over-blog.com/article-lvg-poitiers-limoges-que-peut-elle-esperer-des-fonds-europeens-124685181.html
L'ancien préfet du limousin, Michel Jau, interrogé par FR3 Limousin a assuré de la participation de l'Etat dans les prochains jours. Il n'a, cependant,  plus aucun pouvoir en Limousin puisqu'il est maintenant Préfet  de la Région Centre, qui elle n'est pas du tout favorable à la LGV Poitiers-Limoges et dont l'intérêt stratégique est de se positionner sur la LGV POCL qu'elle soutient.
Et, si le Président de la République, ne peut se dédire vis à vis des élus limousins, il reste entouré dans la sphère gouvernementale d'opposants au barreau Poitiers-Limoges, notamment  en la personne de Michel Sapin.....ou de Ségolène Royal qui a redit à la Commission du Développement Durable de l'Assemblée Nationale que le rapport Duron validé par le Premier ministre serait respecté.
Le PopulaireNi décision, ni promesse ferme, mais des signaux encourageants. Lundi à Paris, le président François Hollande semble avoir rassuré les élus limousins sur le dossier délicat de la LGV.

Le calendrier sera respecté, et toutes les pistes de financement seront étudiées. C’est, en substance, la réponse qu’a apportée hier le Président de la République aux élus limousins venus l’entretenir, une fois de plus, de l’intérêt stratégique de la LGV Limoges-Poitiers.

Un projet important dans le 
cadre d’une future grande région

Si la déclaration d’utilité publique (DUP) ne fait quasiment plus aucun doute, c’est surtout sur la question du financement de ce projet de près de deux milliards d’euros que les politiques locaux avaient besoin d’être rassurés. Certes, au cours d’un entretien qui a duré un peu plus de 30 minutes, François Hollande n’a apporté aucune garantie ferme. Mais un élément essentiel apparaît : l’Élysée a laissé entendre qu’il pèserait vraisemblablement sur RFF (Réseau Ferré de France) afin que ce dernier assume les retours sur péages, comme le réclament depuis longtemps les décideurs limousins, et notamment le président du Conseil régional, Jean-Paul Denanot.

« Nous avons rappelé au Président toute l’importance de la grande vitesse pour le Limousin, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan de l’aménagement du territoire, notamment dans le cadre d’une future grande région où le lien Poitiers-Bordeaux-Limoges serait essentiel », explique Gérard Vandenbroucke, vice-président du conseil régional et président de l’Agglo, qui faisait partie de la délégation.

Un financement à trouver rapidement

« Nous avons repris le calendrier ensemble, poursuit-il, et François Hollande a pris acte de l’engagement financier des collectivités, notamment dans le cadre des études complémentaires. À aucun moment le rapport Duron (1) n’a été évoqué, et le début des travaux reste bel et bien fixé à 2017. Pour ma part, je suis ressorti franchement serein. »

La Déclaration d’utilité publique devrait être prononcée mi-décembre, au plus tard mi-janvier 2015. Il ne restera que quelques mois aux porteurs du projet pour trouver un financement, lequel passera aussi vraisemblablement par l’Europe. En attendant, l’entrevue d’hier aura marqué une nouvelle étape dans le consensus politique que suscite le projet, du moins en Haute-Vienne : parmi la délégation dont faisait également partie le préfet Michel Jau, aux côtés du président Denanot et de la présidente du Conseil général (et désormais sénatrice) Marie-Françoise Perol-Dumont, se trouvait aussi le maire UMP de Limoges, Emile-Roger Lombertie.

(1) Il plaçait la LGV Limoges-Poitiers en queue de peloton des chantiers urgents, retardant l’échéance aux environs de 2030, ce qui avait provoqué l’ire des élus limousins partisans du projet. 

Florence Clavaud-Parant

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog