LGV Limoges-Poitiers : une délégation d'élus limousins reçue à l'Elysée le 29 septembre prochain

L'association de soutien à la LGV Poitiers-Limoges se réjouit de la rencontre prochaine d'élus régionaux avec le Président de la République en publiant le communiqué suivant :


 "La LGV, la LGV… rien que la LGV !

Le travail mené durant l’été par les élus limousins semble avoir porté ses fruits : réunions et courriers interpellant les pouvoirs publics sur l’impérieuse nécessité d’avancer sur le dossier auraient trouvé un écho favorable du côté de l’Elysée, auprès du chef de l’Etat, en personne.

Le Président de la République invite les chefs d’exécutifs territoriaux de la région Limousin et du département de la Haute-Vienne à le rencontrer lundi 29 septembre prochain. La délégation sera composée de quatre personnes : le Président de la Région Limousin – Jean-Paul DENANOT ; La Présidente du Conseil Général de la Haute-Vienne – Marie-Françoise PEROL-DUMONT ; Le Président de Limoges-Métropole – Gérard VANDENBROUCKE et le Maire de Limoges – Emile Roger LOMBERTIE."


Y-a-t'il motif à être si optimiste ?


Certainement pas, en l'état actuel, le Président de la République avait déjà écrit aux élus concernés que le financement de la LGV reposerait sur leurs seules collectivités.


Depuis les finances de l'Etat ne se sont pas améliorées de façon notable et les dates d'enquêtes publques ont été arrêtées pour le GPSO, préfigurant ainsi le scénario 2 du rapport Duron obérant d'autant les possibilités financières de l'Etat.


L'AFITF chargée du financement voit son buget contraint du fait de l'abandon de l'écotaxe. La modernisation du réseau est elle-même menacée par cette baisse des ressources.


Le Maire de Limoges a d'ores et déjà prévenu, la LGV Poitiers-Limoges a besoin du soutien de l'Etat et son financement  ne peut reposer sur les seules collectivités.


On notera que les élus du Poitou-Charentes pourtant concernés par le financement du barreau au même titre que ceux du limousin, ne sont pas pour autant conviés à l'entretien.

 

Le président de la République dans cette période de désamour se risquera-t'il à aller à l'encontre des règles arrêtées en la matière qui ont mis l'accent  sur la desserte de proximité et l'amélioration des réseaux existants plutôt que sur la création de nouvelles lignes TGV dans une période de contrainte budgétaire ?

Et que pèsera la LGV Poitiers-Limoges dans la politique des transports de la future région qui va devoir faire face aux investissements  des LGV du GPSO, tout en assurant ses engagements sur la Tours Bordeaux ? 


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog