LGV Poitiers-Limoges : Dans l'Indre fronde des élus contre l'utilité publique de la LGV

Une analyse et une information importante publiée dans la Nouvelle République édition de l'Indre, malgré une erreur pour la date de publication qui a eu lieu au JO de dimanche et non samedi.

Fronde contre l'utilité publique de la LGV

La déclaration d'utilité publique concernant la LGV Poitiers-Limoges, publiée samedi, suscite l'indignation générale des élus locaux. - La déclaration d'utilité publique concernant la LGV Poitiers-Limoges, publiée samedi, suscite l'indignation générale des élus locaux.La déclaration d'utilité publique concernant la LGV Poitiers-Limoges, publiée samedi, suscite l'indignation générale des élus locaux.
La déclaration d'utilité publique concernant la LGV Poitiers-Limoges, suscite l'indignation générale des élus locaux.

 

 

 

 

 

 

 

Grosse surprise, samedi dernier : malgré l'avis négatif rendu préalablement par le Conseil d'État, la déclaration d'utilité publique (DUP) concernant la LGV Poitiers-Limoges a été publiée au Journal officiel. Le Premier ministre, Manuel Valls, et la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, ont cosigné ce décret « déclarant d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation de la ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges ».

Une décision prise « en catimini », selon Jean-Michel Bodin, vice-président de la région Centre, chargé des transports, qui ne décolère pas. « Tout le monde considère que ce projet n'est pas à l'ordre du jour : ce n'est pas cela dont nous avons besoin ! » Toutefois, le conseiller régional d'Indre-et-Loire prévient : « Déclaration d'utilité publique ne signifie pas démarrage du chantier ! » Il affirme qu'une association a déjà déposé un recours, et que d'autres suivront, de propriétaires habitant sur le trajet du parcours. « Cela n'empêchera pas le dossier d'avancer, notamment de procéder aux premières expropriations », a lâché, cette semaine, Gérard Vandenbroucke, président de la région Limousin.


Dans la région Centre, la majorité des élus locaux sont vent debout contre ce qu'ils considèrent comme « un fait du prince » et « une injure faite aux élus et aux institutions de la République ». Dans une déclaration commune, Louis Pinton, président du conseil général et sénateur de l'Indre ; Jean-François Mayet, sénateur ; et Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de l'agglomération castelroussine, rappellent ainsi leur choix commun « de la modernisation de la ligne historique Polt  en lieu et place de la construction du barreau Poitiers-Limoges aux motifs d'une meilleure utilisation des deniers publics et de l'amélioration de la desserte des territoires ». 
Ils estiment également que cette signature « va à l'encontre de toutes les recommandations » et annoncent qu'ils vont désormais « concentrer leur énergie sur la formulation de recours devant le Conseil d'État en vue d'aboutir à l'annulation de la DUP ».


En attendant, une réunion publique a lieu à Saint-Maur, ce soir à 19 h pour laquelle Nathalie Kosciusko-Morizet insiste sur les atouts de  Chateauroux au nombre desquels  une liaison ferroviaire....à condition que le barreau Poitiers-Limoges ne la laisse pas tomber en désuétude

Quel est l'objet de votre visite dans l'Indre ?

J'ai choisi de faire mon premier déplacement comme vice-présidente déléguée de l'UMP à Châteauroux car je crois que le parti doit partir à la reconquête de territoires, comme le Berry, qui ont été délaissés ces dernières années. Ils n'ont pas été assez regardés et entendus. Si vous faites la somme de tous les potentiels de Châteauroux, un aéroport, une autoroute qui rallie directement Paris, une liaison ferroviaire, une position centrale, ça fait beaucoup. Ça peut être valorisé et ça doit l'être parce qu'il y a des élus qui sont efficaces, dévoués et qui se battent pour faire entendre ce potentiel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog