LGV Poitiers - Limoges : Lathus vote contre le lancement de l'enquête publique

Lundi 29 avril- 14h- Le conseil municipal de Lathus a pris deux délibérations marquant fort et clair son opposition à la construction de la ligne LGV Poitiers-Limoges et à l'arasement des seuils sur la Gartempe. Les élus avaient déjà voté contre la LGV en 2010. Ils se sont logiquement exprimés (à une voix près) contre le lancement de l'enquête publique, « phase décisive de l'inopportun projet LGV ». Dans leur délibération, au-delà des critiques déjà exprimées sur le projet dans son ensemble, les élus insistent sur ses effets néfastes dans la commune : 

« Ce projet représente un danger pour la cohésion de la commune et le bien-être de ses habitants : incertitude liée au nombre d'habitations et de terrains réellement pris en compte par RFF pour les expropriations, absence d'indemnisation des personnes non expropriées qui vont subir des pertes considérables de valeur de leurs biens et la perturbation de leurs activités, impact sur l'agriculture locale, dommages et perturbations irréversibles causés à l'environnement, au régime des crues des cours d'eau et à l'alimentation des puits, sources et captages d'eau ».

 La loi sur l'eau impose de rétablir la « continuité écologique »des cours d'eau pour la circulation des poissons et sédiments, ce qui implique notamment d'araser les seuils, barrages et aménagements humains.

Les élus de Lathus sont unanimes pour « s'opposer par tous les moyens à ce diktat de l'État ».« Deux seuils posent problème sur la commune : celui des moulins de l'Age et de chez Bobin et celui des moulins du Cluzeau et de la Barlotière. Les seuils datent du XIVe siècle et n'empêchent en aucun cas le passage des poissons migrateurs (saumons) vers l'amont. Les riverains propriétaires du lit de la rivière et des ouvrages d'art se voient dans l'obligation de favoriser le passage des poissons et des sédiments [par aménagement de l'ouvrage et des vannages, arasement partiel ou arasement total]. Que les riverains aient des obligations envers le passage des sédiments par manœuvre des vannes, cela se comprend, un arasement même partiel est aberrant. Quant à l'installation de passes à poissons variant entre 150.000 et 250.000 €, c'est scandaleux ! L'arasement de ces seuils, vu la pente de la Gartempe, serait une hérésie quand on voit l'étiage de la rivière en été. Ce projet va à l'encontre du site touristique de la vallée de la Gartempe et des intérêts économiques, minoterie avec turbine sur l'un de ces moulins, le CPA Lathus. Il doit être revu de fond en comble aussi bien pour le passage des sédiments que pour la prise en compte des dégâts causés par les silures dont on était à l'abri il n'y a pas si longtemps. »

23/4  La nouvelle République

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog