LGV Poitiers-Limoges : le combat continu des opposants

  • limousin-en-tgv.over-blog.com

Un membre du Collectif "NON LGV OUI au  POLLT "vient  d'adresser une lettre ouverte aux élus afin de les sensibiliser aux conséquences de la DUP.

 

 

LGV Poitiers-Limoges : Que faire après le rapport de la Cour des Comptes ?

 

Lettre ouverte aux Sénateurs, Députés, Maires, Présidents des Conseils généraux, des Agglo et Communautés de Communes, aux membres des Collectivités territoriales de la Région LIMOUSIN 

 

Toutes celles et tous ceux qui, de plus ou moins près, ont participé à la construction et à l’évolution du dossier relatif au barreau LGV Poitiers-limoges, n’ont pas été surpris par le rapport de la Cour des Comptes, intitulé « La grande vitesse ferroviaire : un modèle porté au-delà de sa pertinence » et daté 23 octobre 2014.

 

La Cour reprend des historiques, fait le constat des « dérives » décidées, subies, consenties, par le système ferroviaire français, ses décideurs et responsables, et dresse un bilan des conséquences qui ne pouvaient pas manquer d’en résulter.

La première dérive est celle qui a consisté à faire passer le processus de décision de l’analyse socio-économique (combien ça coute et combien cela va rapporter) à l’analyse « multicritère » (mais encore trop « technique ») puis à l’analyse « multidimensionnelle » (où tous les arguments sont « bons » à prendre, d’où qu’ils viennent), allant jusqu’à reléguer la première à la dernière étape de la constitution d’un dossier, « soit très tard dans le processus de décision ». Rapport de la Cour, page 60.

La seconde a conduit à solliciter toujours plus largement et davantage les Collectivités territoriales, pour les raisons que l’on sait, et donc à entrer dans l’engrenage des « contreparties » légitimement demandées par ces Collectivités, en juste retour de leur participation financière à l’ensemble du projet, des études à sa réalisation.

La troisième tient à la « concertation » qui a eu dès l’origine une finalité masquée : susciter l’adhésion du public à un projet présenté dans ses grandes lignes, en créer le « besoin » ou l’envie, s’assurer et entretenir une clientèle de partisans et faire-valoir.

 

Le maître d’ouvrage, RFF, et sa tutelle, l’Etat, portent l’entière responsabilité de cette manière de procéder qui a fini par conférer un semblant de consistance à un  projet ne comportant aucune nécessité.

 

Vous savez que l’opportunité légale d’approfondir ce dossier dans tous ses aspects, composantes, finalités et conséquences, s’est présentée au début de l’année 2012. La Cour rappelle que l’Etat et la Justice Administrative en ont décidé autrement : « Le 5 septembre 2012, la Commission Nationale du Débat Public a considéré qu’un deuxième débat sur le projet n’était pas nécessaire malgré l’expiration du délai de cinq ans depuis l’ouverture de l’enquête publique ». Rapport de la Cour, page 69, note.

 

Faut-il pour autant considérer l’avancement de ce dossier comme irréversible, en partie en raison des dépenses déjà engagées ? Ne faut-il pas au contraire arrêter les frais ?

 

« Un investissement n’est pas vertueux par principe », rappelle le Président de la Cour, Didier MIGAUD, suggérant par là qu’il peut contribuer à accroître une dette qu’il faudrait « en même temps » combattre.

 

La Cour met en relief, dans sa conclusion générale, la contradiction existant entre vouloir « poursuivre une politique de « tout TGV », et « entreprendre parallèlement une rénovation accélérée du réseau classique ».

Prenant appui une nouvelle fois sur le dossier de la LGV Poitiers-Limoges, elle rappelle l’incompatibilité existant entre la promotion de cette LGV et la rénovation-modernisation de la ligne POLT :

« La décision ministérielle du 25 mars 2013 se prononce pour un « scénario de base fondé sur le maintien du niveau actuel des dessertes assurées par la POLT, soit 11 », tout en autorisant la présentation dans le dossier de l’enquête publique de deux scénarios alternatifs avec 7 ou 4 A/R. Il a aussi décidé de conduire le projet Poitiers-Limoges, tout en améliorant les lignes existantes (Poitiers-Limoges et Limoges-Guéret). Cet objectif  est pour le moins contradictoire avec la recherche d’une rentabilité minimum pour le projet Poitiers-Limoges en grande vitesse ». Rapport de la Cour, page 88.

 

Nous connaissons votre attachement au Service public ferroviaire français, à sa qualité, au service rendu au plus grand nombre.

Nous apprécions le soutien que vous apportez aux engagements d’entretien et aux décisions de modernisation annoncés après le tragique accident de Brétigny/Orge.

Déjà sur la ligne POLT, les premiers effets positifs, en confort, régularité, temps de trajet, ont été remarqués.

Nous pensons qu’il faut poursuivre dans cette voie, et, si possible, non seulement aller plus rapidement vers un changement de matériel, mais aussi ranimer pour le développer le service FRET, pour les raisons évidentes que l’on connaît.

 

En conséquence, nous vous demandons d’intervenir auprès de l’Etat pour que la Déclaration d’utilité publique ne soit pas décidée.

 

Vous savez qu’en toute hypothèse, le projet de LGV Poitiers-Limoges verra sa concrétisation, si elle était décidée, au-delà de l’année 2030. D’ici-là, la DUP aura créé localement de nouvelles « insatisfactions », rappelle la Cour, par le gel du foncier, l’obsolescence des études, l’attentisme auquel se verraient condamnés celles et ceux qui sont au cœur de l’activité économique de notre région, ou qui souhaitent venir y participer.

Comme l’a fait remarquer judicieusement l’un d’entre vous après avoir pris connaissance du rapport de la Cour des Comptes : « Si on doit abandonner la LGV, alors il faut tripler le budget pour la POLT, afin qu’en 2020 on soit à 2h30 de Paris. Ce qui coûte cher, c’est surtout de ne jamais prendre de décision. Et si on est cohérent, alors on refait la ligne POLT immédiatement ».

 

Ces propos de bon sens trouveront-ils l’écho qu’ils méritent ?

 

Robert ROLLAND                                                                                     29 octobre 2014

Membre du Collectif « NON à la LGV-LP & OUI au POLLT »

 

 

 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog