LGV Poitiers-Limoges-POLT: La leçon de Raymond Archer aux élus creusois

Raymond Archer décoche ses flèches en direction des élus creusois en faisant la leçon à un "département sous perfusion de fonds publics"

Belle démonstration sur l'union et la solidarité du représentant d'une formation politique  en plein désarroi local et d'un groupe en pleine scission !

 Monsieur Archer n'a sans doute pas compris  la réaction légitime et le sens des actions menées en Creuse. 

Il conviendrait qu'il intégre :

  • le vote des maires de son propre parti, qui dans la Creuse, ont voté à l'unanimité les actions et les motions.
  • la position de Conseil général de la Vienne à majorité de droite qui refuse le financement du barreau.

La LGV pour autant qu'elle soit  un plus pour le Limousin, ne peut se faire au détriment de la desserte d'un département entier et de ses habitants et plus largement de toutes celles du Centre de la France qui  ont besoin d’une liaison ferroviaire modernisée répondant à leurs besoins. 

 .

Communication  de Raymond  ARCHER aux médias locaux       

L’association des maires et adjoints de Creuse annonce clairement et dans l’unanimité son opposition à la LGV Limoges-Poitiers. C’est très grave et les habitants des trois départements devront s’en souvenir. Le département de la Creuse vit déjà sous perfusion des fonds publics nationaux; ses élus auraient pu y penser avant de prendre une décision qui risque d’enfoncer encore plus l’ensemble de notre région et donc aussi la Creuse!

1-Cette annonce a trop tardé et elle montre que de nombreux élus s’abritent derrière la conduite de groupe et ne se prononcent jamais librement par peur. En outre, elle montre aux responsables nationaux que nous sommes forts dans nos divisions alors que nous sommes faibles démographiquement. Alors, la sanction vue depuis le national tombera facilement! Mais si l’Etat n’était pas lâche, il devrait faire réellement de l’aménagement du territoire dont il est responsable, et construire de son propre chef, les grandes voies de communication nécessaire à l’avenir du territoire.

2-Car cette annonce a lieu à un mauvais moment; le gouvernement est à la recherche d’économies. Il pourra s’abriter derrière les divisions limousines pour retarder une nouvelle fois la création de cette infrastructure porteuse d’emplois et d’avenir. Souvenons-nous du  rapport Carrère (un ancien préfet de région) sur les infrastrucutres françaises dans lequel on pouvait lire, en ce qui concerne le Limousin, qu’avant de prendre une décision l’Etat attendrait que les élus du limousin se mettent d’accord entre eux! Déjà! Plus de trente ans après c’est la même chose! La politique à courte vue l’emporte. Et la capitale de la région Limousin reste toujours à l’écart des grandes voies de communication ferroviaires. On l’accepterait si l’on avait trop d’autoroutes, mais là aussi nous sommes en retard.

3-Cette annonce pose aussi la question de la légitimité de la construction administrative et institutionnelle de l’espace limousin. Je le pense sincèrement et je le dis. Il n’y a que peu d’élus qui acceptent de distinguer dans leur réflexion les niveaux d’analyse. Intellectuellement cette dérive a commencé lorsque la confusion s’est installée entre les concepts d’aménagement du territoire et de développement local. Et tout est devenu du développement! Mouvement renforcé par la confusion dans les compétences des différentes collectivités qui « profitent » de la clause de compétence générale pour se mêler de tout pour « faire des voix » plus que pour oeuvrer dans l’intérêt général. Aujourd’hui, la décision des creusois en est la parfaite illustration: les municipales approchent, ils pourront dire qu’ils défendent la Creuse! Mais aux dépens de l’ensemble du Limousin; or, un Limousin faible signifie une Creuse faible. Est-ce que le découpage institutionnel du territoire limousin a encore un sens? En outre, sans LGV ce territoire sera coupé définitivement des échanges nationaux et européens (économiques, culturels, universitaires) et le pire est à craindre à une époque où de grands regroupements s’annoncent.

4-Avec la confusion des compétences, l’institution régionale est devenue la « caisse complémentaire » des autres collectivités plus anciennes et elle a perdu de vue sa responsabilité première qui est le développement économique. Elle en est arrivé à afficher des « aides à tout »; ceci permet de « distribuer » et d’être réélu. Mais un jour prochain,  la région  aura perdu géographiquement toute sa substance et j’en entends déjà qui « entreront en résistance ». Peut-être auraient-ils pu s’engager plus tôt à y voir plus clair dans ce qui est bon pour le Limousin. Les exercices de prospective, comme les schémas de dévelopement économique régional (SRDE) n’auront servi à rien. Là aussi, il devient nécessaire de clarifier. Le SRDE se ramène à la définition des aides aux entreprises. Alors que le concept de développement économique a un sens en sciences économiques et qu’il est beaucoup plus large! Il a été rétréci même si les aides aux entreprises sont souvent légitimes, surtout lorsqu’ elles ne s’identifient pas à des aides à la trésorerie. Les infrastructures (ferroviaires, routières, aériennes, haut débit ety très haut débit) font et favorisent le développement économique!

5-Cette annonce pose la question du timing politique qui pollue l’analyse objective et rationnelle des besoins. Les élus creusois ont perdu de vue que les investissements subissent des contraintes financières ainsi que des contraintes de temps . La Ligne LGV Limoges-Poitiers sera à long terme-hé oui, un maillon d’une grande transversale et à moyen terme elle désenclavera le Limousin, donc la Creuse. L’électrification de la ligne Limoges-Guérêt et la route RCEA ont réduit sérieusement les distances-temps entre la Creuse et la capitale régionale. Il  faut comprendre les niveaux d’urgence et accepter de voir les enjeux des différents investissements.

6-Cette annonce qui enterrera le Limousin aggravera la crise de l’emploi. La construction d’une ligne à grande vitesse est à coup sûr porteuse d’activité économique à court et à long terme. Il faut le voir. Si les élus creusois pensent pouvoir obtenir plus vite que ce n’est prévu actuellement l’amélioration de la ligne POLT qu’ils le disent et qu’ils nous présentent le financement. Mais ce ne sera jamais une ligne à grande vitesse et l’on ne peut confondre le rôle de chacune des deux lignes. Il faut qu’ils intègrent la différence entre une attitude défensive et une attitude offensive! Ils sont, peut être inconsciemment, contre le Limousin. Si c’est inexact qu’ils le prouvent!

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog