LVG Poitiers-Limoges et POLT : Alain RODET intervient à l'Assemblée Nationale

Jeudi 7 mars 2013 - 13h- Un débat a eu lieu à l'Assemblée Nationale le 28 février dernier sur l'avenir des infrastructures. en présence du ministre délégué aux transports Fréderic Cuvillier. L'occasion d'aborder l'actualité avec le POLT et la LGV Poitiers-Limoges.

 

Jacques krabal (Radical, républicain, démocrate et progressiste) y a abordé les événements récents sur le POLT 

......"Je voudrais faire part ici des préoccupations de Dominique Orliac, députée du Lot, quant à la ligne ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse. Cet axe est d’une importance majeure pour le développement local. Il dessert 32 départements et plus de 5 millions d’habitants. Or, le 23 janvier dernier, le directeur général des infrastructures, des transports et de la mer a proposé aux élus membres du comité des financeurs des études du barreau Poitiers-Limoges de réduire de dix à quatre le nombre d’allers-retours quotidiens sur cette ligne, dans le seul but d’accroître la rentabilité du projet de la LGV Poitiers-Limoges. Il n’est pas tolérable que de telles décisions puissent être prises sans concertation. Comme d’autres, Dominique Orliac souhaite qu’un schéma directeur national de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse soit établi dans le but de structurer la modernisation de la ligne.

C’est un premier exemple de la nécessité de porter une plus grande attention au réseau existant."

 

Quant à Alain Rodet son intervention  dans le débat a été d'assurer le service minimum pour  la LGV :

"Le Président de la République, dans la formation du Gouvernement, n’a-t-il pas mis l’égalité des territoires au rang de priorité ? Si de nombreux projets réalisés ou à venir concernent ce que les géographes et les historiens appellent la Lotharingie, cet immense espace qui s’étend des Flandres à la Méditerranée et concentre un grand nombre de métropoles et la majorité des sites à fort potentiel économique, d’autres projets sont attendus dans le grand quart sud-ouest de notre pays, longtemps tenu à l’écart de réalisations importantes.

Ainsi en est-il de la ligne ferroviaire Sud Europe Atlantique qui par son axe central Tours-Bordeaux, actuellement en chantier, permettra de brancher trois lignes à grande vitesse : Poitiers-Limoges, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne. Ces projets figurent en bonne place dans le listing de la loi Grenelle. Ils ont fait l’objet d’un travail considérable, de centaines de réunions de concertation, des réunions techniques approfondies menées par les élus et par les remarquables ingénieurs et techniciens de Réseau ferré de France.

Tout cela s’est déroulé sous le regard vigilant d’un garant de la concertation qui a exigé, dans toute cette procédure, un haut degré de qualité et d’expertise.

Comment boucler le financement de ces projets bien avancés ? En ce qui concerne l’axe Poitiers-Limoges, que je connais le mieux, les collectivités locales sont prêtes à prendre leur part de l’effort, ce qui n’a pas été le cas pour les collectivités locales traversées par les premières lignes de TGV. Mais notre devoir est aussi de répondre présent face à un si grand enjeu.

 Il y a le mauvais endettement qui consiste à rembourser une dette antérieure en contractant une dette nouvelle. Mais il y a aussi l’endettement qui finance l’avenir et l’accroissement du patrimoine de nation dont les infrastructures publiques font partie. Valoriser les territoires, créer de la vraie valeur et de la richesse concrète, c’est dans cet esprit que nous souhaitons voir la commission Duron mener ses travaux."

Le ministre présent a bien entendu les propos tenus  mais n'a répondu à aucun des deux !   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog