POLT-POCL : le Berry Républicain fait le point sur la communication des institutions dans le cadre du tout prochain débat public sur le POCL

Si certains élus limousins soutiennent uniquement la LGV Poitiers-Limoges et semblent ignorer que la ligne historique POLT pourrait se raccorder sur une nouvelle LGV irriguant ainsi tous les départements de la région, les élus berrichons, ont eux,  bien compris l'intérêt de celle -ci pour le POLT et pour leurs territoires. 

 

Le Berry républicain  9 septembre 2011

Dans la perspective prochaine du débat public autour de la ligne grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon, les institutions mettent les bouchées doubles pour communiquer.

Face aux enjeux que représentent la liaison à grande vitesse entre Paris et Lyon, et la tenue prochaine du débat public, l'unité est la règle imposée à tous. . Et pour réussir à conserver cette unité le plus longtemps possible, chaque acteur rappelle combien il est nécessaire de faire front face à la SNCF et à RFF. Un front pour imposer la nécessité de cette LGV.

 

Alors pour tenter de rallier le plus grand nombre aux intérêts particuliers de chacun des territoires traversés par le futur tracé de la ligne, la communication s'organise tout comme les outils de lobbying. Une communication visant principalement à impliquer plus encore la population. Et ici, les moyens et les ambitions diffèrent suivant la région concernée.

 

Tandis que nos voisins auvergnats se mobilisent par le biais notamment des institutions, la région Centre semble quelque peu peiner à organiser une ligne de front commune. Dans la région, en effet, pour l'instant, seuls deux départements se sont déjà engagés dans la défense de cette ligne : le Cher et l'Indre. Deux départements concernés par l'éventuel passage de la LGV.

 

Le département du Cher. Difficile pour le Cher de ne pas porter la bonne parole pour la LGV. Le président de l'association TGV Grand Centre Auvergne, Rémy Pointereau, est en effet sénateur du Cher et ancien président du conseil général. Il connaît donc parfaitement toute l'importance pour le désenclavement départemental du passage du TGV et notamment par Bourges. Parallèlement, la chambre de commerce s'est aussi fortement impliquée dans la mobilisation des acteurs économique avec la création, en juin dernier, d'un comité TGV et un suivi régulier de l'actualité sur son site internet. Le tout accompagné de réunions régulières d'informations et d'accompagnements en vue du débat public.

 

Le département de l'Indre. L'Indre a fait le choix de l'information en direction du grand public sur les enjeux de la LGV via une campagne d'affichage offensive - « la grande vitesse pour l'Indre, je dis oui ! » - afin de mobiliser l'opinion. Une campagne conduite à l'initiative du conseil général et de la communauté d'agglomération castelroussine.

 

Le département du Loiret. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le Loiret reste encore timide en terme de mobilisation. Peut-être en raison de sa proximité avec la région parisienne. Sur le site du conseil général, on trouve une page sur les enjeux de la LGV tandis que le conseil régional a redit son attachement à cette ligne via son récent schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT). Un document bien peu lisible pour les citoyens et qui n'a pas manqué de faire débat en raison d'un recentrage régional qui semble oublier Bourges...

Frank Simon

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog