Le GPS GALILEO expérimenté sur la Toulouse-Rodez. Conduite assistée des trains

  • limousin-en-tgv.over-blog.com

 

Dans son contrat avec l'Etat, la SNCF a promis des gains de productivité...

Grâce à la semi-autonomie du train, le personnel au sol censé vérifier les actions du pilote pourra être réduit, induisant une baisse des coûts de maintenance pouvant atteindre 20 à 30 %.
 

La ligne Toulouse-Rodez, représentative des grandes lignes par son tronçon droit et des lignes régionales par ses virages, a été choisie comme pilote national pour tester une nouvelle méthode de géolocalisation des trains à partir notamment du GPS européen Galileo. C'est  le  projet Géofer, financé à la hauteur de 140 000 euros par la région Occitanie, le Centre national d'études spatiales (Cnes) et le laboratoire toulousain Guide,

 

Si l'expérience est concluante, cela permettra non seulement de limiter les retards, mais aussi de diminuer les coûts de maintenance de la SNCF.

«Avec Galileo, les trains pourront être localisés au mètre près et à chaque instant», s'enthousiasme Jean-Yves Le Gall, président du Cnes. Ainsi, il sera possible de réguler le trafic en donnant des indications précises au conducteur : se mettre en vitesse de croisière, décélérer à cause d'un obstacle sur la voie… «En limitant les accélérations et freinages très énergivores, la conduite sera aussi plus économique et plus écologique», détaille Xavier Leblan, directeur du laboratoire Guide.

Par ailleurs, dans le futur, on peut imaginer des trains qui roulent en pilote automatique et ne nécessitent d'intervention du conducteur qu'aux entrées et sorties de gares.

D'autre part, avec Géofer, c'est le train qui communiquera sa position en temps réel. «Actuellement, ce sont d'onéreux capteurs au sol qui donnent la position des trains, et seulement tous les quarts d'heure. Il sera donc possible de les supprimer», précise Frédéric Adragna, chargé du développement des applications spatiales au CNES 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog